Assurance contre les tremblements de terre

Les tremblements de terre sont un danger à prendre au sérieux en Suisse. Bien qu'ils puissent causer des dommages considérables, ils ne sont que partiellement couverts à l'heure actuelle - et seulement après déduction d'une franchise de 10 % de la somme d'assurance. Les hypothèques ne sont absolument pas couvertes.

Existence d'un pool

Dans la plupart des cantons, les assurances immobilières qui disposent d'un monopole d'Etat ont constitué un pool pour l'assurance des tremblements de terre qui, de son plein gré, verserait au maximum 2 milliards de francs. La valeur actuelle de tous les bâtiments est toutefois de l'ordre de 1600 milliards.

Le canton de Zurich est bien couvert

Il en va différemment dans le canton de Zurich. En effet, les bâtiments sont automatiquement assurés contre les tremblements de terre par l'établissement cantonal d'assurance immobilière et, actuellement, sans supplément de prix. Certes, la couverture est limitée mais l'établissement cantonal d'assurance immobilière dispose aujourd'hui de 2 x 1 milliard de francs par an pour 2 tremblements de terre, ce montant étant uniquement valable pour le canton de Zurich.

Le problème demeure

Jusqu'à la fin de 2010, dans les cantons de Genève, d'Uri, de Schwyz, du Tessin, d'Appenzell-Rhodes Intérieures, du Valais et d'Obwald qui n'ont pas instauré de monopole d'Etat, les assureurs privés mettaient encore à disposition de leur propre initiative une couverture maximale de 200 millions de francs. Ils l'ont toutefois supprimée car ce pool a été dissous.

Réfléchir à une assurance tremblement de terre (supplémentaire)

Il est clair que les montants mis à disposition en cas de violent tremblement de terre ne suffiront pas. C'est pourquoi les compagnies telles que AllianzGenerali, La Nationale, Lloyds, etc., proposent une couverture dans tous les cantons. Il vaut la peine de comparer.

Vous trouverez de plus amples informations sur ce thème sur les sites des départements fédéraux de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication et des établissements cantonaux d'assurance immobilière.