Le ménage est de plus en plus automatisé

La cuisine du futur sera accessible via un réseau numérique et automatisée. En attendant, les fabricants d'appareils ménagers ont encore un long chemin à parcourir, les affaires avec la cuisine intelligente sont encore qu'à leurs débuts.

Le modem bourdonne et émet des bips comme s'il lui était difficile de franchir la porte d'entrée du réseau mondial. Puis la connexion est établie. Dans la ligne téléphonique fixe sonne le signal rythmique de ligne occupée, le prix d'entrée dans le monde numérique. Pour les utilisateurs des années 1990, l'Internet, omniprésent de nos jours, n'était pas une tâche aisée: il était lent, ses fonctions étaient limitées. Si l'Internet avait buté à ce stade précoce, il aurait été emballé dans une sorte de boîte et laissé moisir au sous-sol. Cependant, le réseau mondial se porte à merveille et est en constante évolution. Entre-temps, il est devenu le compagnon quotidien pour beaucoup d'entre nous. L'utilisation mobile, cet ami omniscient dans notre poche, a été réalisé grâce au Wi-Fi et les smartphones. L'Internet tend actuellement ses longs doigts vers tous les appareils électroniques imaginables: l'«Internet des objets» devient un fait.

der-haushalt-wird-zunehmend-automatisiert-1.png
L'habitat intelligent se développera rapidement au cours des deux ou trois prochaines années. Le mot magique: réseautage

Les géants du marché mettent leur grain de sel

Le réseautage est le sujet principal dans l'industrie de l'électroménager. Le ménage sera de plus en plus automatisé pour faciliter la vie des résidents. Alors qu'il y a quelques années, un pare-soleil pouvant être commandé à l'aide d'un bouton était considéré comme un luxe, aujourd'hui, il doit être possible d'actionner le pare-soleil à distance depuis l'île de vacances au moyen d'une application ou de l'ajuster automatiquement à la position du soleil. Dans chaque foyer, la cuisine est l'endroit où réside la plupart des appareils électroniques. Il n'est donc pas surprenant que des entreprises que Bosch-Siemens, Miele ou Grundig investissent des ressources dans le développement de la «cuisine intelligente» – après tout, dans la phase initiale, ce sont surtout de petites start-ups qui avaient pris en charge l'innovation au ménage. Pour les géants du marché, la devise est désormais la suivante: le réseautage au sein de la maison doit être invisible, simple et fluide entre tous les appareils.

Gros appareils mutitâches

Il existe actuellement des réfrigérateurs, des fours et des lave-vaisselle qui sont devenus de gros appareils multitâches. Ils sont équipés d'une synchronisation smartphone via des applications, des caméras intérieures et des capteurs de mouvement et promettent la convivialité: il y a des frigos équipés d'un écran pour afficher le calendrier familial ou la météo, des frigos qui diffusent de la musique et des vidéos et dont les portes s'ouvrent automatiquement et des frigos qui trient les aliments en fonction de leur fraîcheur et rappellent aux consommateurs quels produits arriveront bientôt à leur date de péremption, sont beaucoup plus «intelligents» . Une autre fonction montre au consommateur combien de calories il consommera chaque fois qu'il va chercher quelque chose à grignoter. Les capteurs de cuisson assurent le maintien d'une température correcte, la machine à café est piloté avec le smartphone et peut être programmée pour que le café soit disponible en temps voulu. Aujourd'hui, les fabricants d'électroménagers proposent déjà de nombreux appareils électroménagers et ustensiles de cuisine en une version «intelligente» – de la hotte aspirante au presse-citron.

La technologie à un stade précoce

Cependant, les gros appareils multitâches sont encore assez coûteux. Il existe pourtant des alternatives moins coûteuses: par exemple une natte placée sous le lait dans le réfrigérateur et connectée au smartphone,affiche le niveau de remplissage de lait actuel dans le carton/la bouteille. Une caméra séparée équipée de ventouses surveille l'intérieur du frigo. Il existe de nombreux gadgets peu onéreux de ce type qui peuvent être adaptés aux appareils électroménagers de cuisine existants. Même si l'habitat intelligent n'en est qu'à ses débuts, il continuera de se développer rapidement au cours des deux ou trois prochaines années. Selon les sociétés d'études de marché, les taux de croissance sont «exorbitants». En termes de chiffres, il n'y avait en 2012 que 76 modèles d'appareils électroménagers avec accès à Internet; quatre ans plus tard, ce chiffre atteint 2 036. Néanmoins, l'Internet ne pénètre dans la cuisine que sur la pointe des pieds: en 2016, seulement environ quatre pour cent des gros appareils ménagers tels que la cuisinière ou le congélateur étaient réseautés.

La cuisine du futur

Le réseautage des ménages affiche un développement semblable à celui des téléphones intelligents et de la télévision. Le terme clé est «écosystème numérique» – un terme provenant du monde de la téléphonie mobile. Dans l'écosystème numérique, tout doit exister et s'assembler: comme dans le monde de la téléphonie mobile, où les utilisateurs peuvent maintenant accéder à des millions d'applications, les fabricants d'appareils électroménagers de cuisine s'attendent à une forte croissance des applications dans un avenir proche. Cela implique des offres et services de tiers. Des offres qui vont bien au-delà de la simple mise en marche et de l'arrêt d'appareils. Une autre approche de la cuisine du futur provient du domaine de l'intelligence artificielle. Certaines entreprises travaillent sur des robots capables d'interagir avec les utilisateurs. Ils écoutent, répondent aux questions et savent quels aliments sont encore dans le réfrigérateur.

Attention aux pièges

Aussi différentes que soient les approches des différents fabricants d'appareils, elles ont toutes des grands objectifs et souhaitent exploiter pleinement le potentiel du réseautage. Cependant, le réseautage d'appareils comportent aussi des risques. Chaque appareil intelligent stocke des données. Elles peuvent être utilisées pour créer des modèles précis du comportement de l'utilisateur. Un véritable trésor de connaissances qui vaut son pesant d'or pour les entreprises. L'exemple le plus récent est celui des aspirateurs robotisés iRobot, qui seront utilisés pour cartographier précisément les appartements à l'avenir. Ces données seront ensuite vendues à Amazon, Apple ou Google. Il existe également un risque de vol de données par des malfrats qui les vendent ou les utilisent ensuite à leurs propres fins. Les experts en sécurité constatent à plusieurs reprises des vulnérabilités de sécurité flagrantes dans la configuration ou dans le matériel des appareils réseautés. Il y a beaucoup d'exemples de pirates informatiques qui se sont emparés de caméras, clés Bluetooth ou d'autres dispositifs et qui les ont détournés à des fins illégaux. L'institut de sécurité allemand «AV Test» a soumis sept «Smart Home Starterkits» à des tests complets. Seuls trois des sets étaient adéquatement protégés contre les attaques, la protection des quatre sets restants était «extrêmement mauvaise.» Le fabricant de matériel informatique «HP» a également examiné les dispositifs intelligents et a constaté que 70 pour cent des dispositifs les plus couramment utilisés présentent d'importantes lacunes de sécurité. Tous les composants avec un accès au réseau domestique et donc éventuellement à Internet sont vulnérables. Les fabricants de produits intelligents aiment annoncer le confort et la sécurité. Cependant, les deux ne sont guère disponibles en même temps. D'autant plus que non seulement les dispositifs et leurs mesures de sécurité, mais aussi les pirates informatiques ne cessent d'évoluer.